Derrière les portes, B. A. Paris

"Dans la mesure où il était capable de me duper, de m’amener à oublier, même pendant quelques secondes, ce qu’il m’avait révélé de lui, comment allais-je parvenir à convaincre les autres qu’il était un loup déguisé en agneau ?"

Après mes déceptions de ce début d'année, j'avais besoin d'un livre facile d'accès, vite lu et prenant. Je n'avais qu'une envie, me laisser simplement porter par une histoire, sans me poser trop de questions.Ce fut chose faite grâce à ce thriller, qui certes ne brille pas par un style incroyable et ne révolutionne aucunement le genre, mais qui a le mérite de réunir en 300 pages les conditions ci-dessus.

Le couple formé par Grace et Jack renvoie à son entourage l'image agaçante de la réussite à tous les niveaux : Jack est un mari merveilleux, attentionné et fou amoureux de sa jolie épouse, docile femme au foyer et très fine cuisinière, qui semble elle aussi très éprise. Il est également très attentionné avec Millie, la sœur trisomique de Grace, qu'ils accueilleront chez eux lorsqu'elle quittera son école spécialisé, d'ici quelques mois. Ils habitent une grande et belle maison, voyagent dans des destinations de rêves... Tout cela à peine un an après leur première rencontre. Si leur vie était un fil Instagram, vous pâliriez d'envie face à ces images de félicité et d'accomplissement, en vous disant "mais ils ont la vie que je veux!". Mais rassurez-vous, là aussi, tout cela est trop beau pour être vrai et on comprend assez vite que derrière les portes, on ne joue pas la mélodie du bonheur et que les sourires ne sont que façade.

Dès les premières pages, on entrevoit les fêlures, puis le malaise s'amplifie. On sent l'odeur de la peur planer entre les lignes, la violence est là, latente au début et de plus en plus palpable.

Le récit oscille entre les chapitres situés dans le présent et ceux se déroulant dans le passé, ce qui permet d'entretenir le suspense sur la personnalité de Jack. Au fil des pages, on mesure toute l'horreur de ses desseins. Son caractère aurait par contre mérité d'être plus développé. Beaucoup de questions à son sujet restent sans réponse, et j'y vois plus une "faiblesse" de la part de l'auteur qu'une réelle volonté de laisser planer le mystère. 

C'est terrifiant de voir les trésors de perversité développés par Jack pour manipuler sa femme et tromper son entourage,  de voir les pièces de son plan diabolique se mettre en place. C'est  glaçant d'assister impuissant aux efforts de Grace pour préserver les apparences si chères à son mari, pour tenter de repousser l'échéance tant redoutée. Une à une, les portes de sorties se ferment sur ses espoirs d'échapper à un destin qui ne peut que la rattrapper et le piège se referme inéluctablement sur elle. Si Grace s'avère au début être un personnage effacé, naïf et un peu plat, on la voit s'affirmer de plus en plus à mesure que grandissent son isolement et sa solitude. Mais là encore, son personnage aurait gagné à être plus travaillé, car on peine malgré tout à faire abstraction de son côté un peu nunuche. J'ai trouvé Millie très attachante : rafraîchissante par sa joie de vivre, son intelligence et sa perspicacité - que tout le monde sous-estime à cause de son handicap - 
apportent au récit un peu du sel et de la profondeur qui lui font parfois défaut.

Comme dit plus haut, le style n'a rien de révolutionnaire, et certains procédés sont un peu gros : par exemple, l'auteur insiste lourdement sur le cliché du couple parfait formé par les deux protagonistes, sur l'aspect "gendre idéal" de Jack. C'est un peu comme si elle plaçait des clignotants et des alarmes pour nous avertir "Attention, c'est là que ça va coincer, vous voyez? c'est trop beau, ça va basculer dans l'horreur". Cela manque un peu de finesse, et on n'a vraiment pas besoin de ça pour comprendre que quelque chose cloche.  La chute est également un peu précipitée. J'aurais aimé qu'elle soit amenée un peu plus subtilement. Même si elle tient la route, je suis restée un peu sur ma faim. 

Si ce roman n'a sans doute pas d'autre prétention que celle de nous divertir (et c'est déjà pas mal), il nous permet aussi de nous interroger sur notre capacité à revêtir nos œillères pour voir que ce qui nous arrange. Personne, dans l'entourage de Grace, ne soupçonne ce qui se trame derrière les portes closes de sa cage dorée : ni ses parents, ni sa meilleure amies, ni leurs proches. Personne, à part une nouvelle voisine que toute cette perfection interpelle...

Malgré ces petits défauts, ce roman, à lire sans grandes attentes,n'en reste pas moins un bon page turner que j'ai dévoré en un jour. Facile à lire, il ne va sans doute pas vous marquer à vie, mais ce n'est pas non plus ce qu'on lui demande. Il sera parfait pour se divertir lors d'un week end pluvieux ou au bord de la piscine cet été !

2 commentaires:

  1. Je le prends pour cet été alors ! Un bon page-turner ça fait du bien aussi et les histoires de manipulation j’aime bien. Merci !

    RépondreSupprimer